Interview

EN : Oudjani « J’ai souffert de l’ingratitude»

«Ça m’a fait mal d’être écarté de l’EN» «On était tristes après la blessure d’Adghigh, mais Ait Abderrahmane l’a bien remplacé»

Auteur : Moumen Ait Kaci Ali samedi 28 mars 2020 22:30

Certains ne se souviennent pas, mais si l’Algérie a été championne d’Afrique pour la première fois de son histoire c’est aussi en grande partie grâce à ce but magnifique de l’attaquant Cherif Oudjani, auteur de l’unique réalisation marquée contre le Nigeria en finale de la CAN 1990. Oudjani revient, 30 ans après, sur ce souvenir qui a marqué à jamais l’histoire de ce joueur et de la sélection nationale.  Entretien !

Cherif, 16 mars 1990, cela vous rappelle quoi ?
Comment oublier, c’est la première victoire en finale de Coupe d’Afrique pour l’Algérie. Ce qui est inoubliable.  J’étais très content d’avoir pu procurer autant de plaisir au peuple algérien, même si ce succès était collectif. Cela fait 30 ans quand même !
Des souvenirs peut-être au-delà, bien entendu, de tout ce que vous avez dit avant cette interview ?
C’est vrai qu’on a parlé souvent de cette finale, mais la chose que je ne peux oublier est la présence de mon défunt père, Allah Yerahmou. C’était magnifique, une grosse fierté de marquer ce but victorieux et gagner cette première Coupe d’Afrique des Nations offerte au peuple algérien devant ses yeux surtout qu’il avait porté le maillot de l’Equipe du FLN.
C’était aussi spécial pour lui de retrouver son ancien camarade Kermali, Allah Yerahmou…
Exactement, il avait joué avec Cheikh Kermali, Allah Yerahmou, ils se sont retrouvés pour la première fois depuis longtemps au stade du 5-Juillet dans une finale où je marque et on gagne le trophée devant nos supporters. Pour ma part, c’était quelque chose d’exceptionnel de gagner une Coupe d’Afrique devant les yeux de mon papa, ma joie a été 10 fois plus grande.
Jouer devant 80 000 spectateurs, et faire exploser ce stade sur ce but, vous n’avez jamais vécu cela ?
Bien sûr, dans un stade aussi grand et mythique comme le 5-Juillet c’était inédit même si j’ai déjà joué devant des tribunes aussi remplies en Afrique comme ce fut le cas en Egypte où on avait été éliminés malheureusement pour la Coupe du monde 1990. J’ai joué au Camp Nou à Barcelone mais le 5-Juillet est un stade unique, avec une architecture et une ambiance spéciale. 
En évoquant le match retour perdu cotre l’Egypte lors des éliminatoires du Mondial italien, c’était pour d’aucuns l’élément déclencheur de cette belle épopée de la CAN 1990…
Oui, effectivement, on était très déçus du manque de sportivité des Egyptiens, au match retour, et l’arbitrage douteux dont on a été victimes. On était donc déçus, mais aussi en colère. Cela nous a permis de tout faire pour nous racheter de cette élimination et gagner cette Coupe d’Afrique des Nations 1990.
Une CAN jouée à la maison est, pour certains, facile à décrocher, est-ce votre avis ?
C’est vrai qu’on l’avait joué à domicile, mais il y avait des pays qui étaient déjà bien rodées et au palmarès établi. Seulement, on a été intraitables. Meilleure attaque, meilleure défense, on avait une moyenne de trois buts par match. Il y avait le Sénégal du regretté Jules Bocandé, avec en défense Roger Mendy, Adama Cissé, une très grande équipe qu’on a battue en demi-finale. Après, il y a eu le grand Nigeria, avec Keshi, Okocha, Finidi, Amokachi, et le grand Rashedi Yekeni.  C’est pour vous dire que cette CAN était aussi relevée et difficile à gagner. C’est pour cela que je la compare souvent à cette CAN gagnée en Egypte par Djamel Belmadi et sa troupe qui ont, bien sûr, le mérite de l’avoir décrochée à l’extérieur. L’Algérie a gagné deux titres africains, mais ils sont amplement mérités, tant on a été dominants du début jusqu’à la fin de la compétition.  C’est vraiment à la régulière et haut la main.
 Comme celle ramenée d’Egypte en 2019 ?
Exactement, l’Algérie de 2019 a fait un excellent parcours avec une très bonne équipe, un bon groupe et un joueur d’exception qui était là pour faire la différence, à savoir Riyad Mahrez. Après, en 1990, même si j’étais le buteur de la finale, des joueurs comme Cherif El Ouezzani, Menad, Amani, Madjer, ils étaient au-dessus du lot. Ils étaient là pour tirer l’équipe vers le haut. Madjer était notre capitaine et Ballon d’Or africain, donc il a eu un grand mérite dans ce sacre. L’été dernier, des joueurs comme Bennacer, Belaili, Bounedjah et tout le reste de l’équipe faisaient une belle équipe qui suivait.
Avec aussi un certain Moussa Saib, qui avait brillé très jeune et qui vous offre la balle du but victorieux contre le Nigeria en finale…
Ah oui, bien sûr, je ne peux pas l’oublier, Moussa a fait une grande carrière en France, avec l’AJ Auxerre. Il y avait vraiment une belle équipe avec trois ou quatre leaders qui veillaient bien sur le groupe. Pour ma part, je dois dire que je n’ai pas été un grand joueur, mais un attaquant efficace dans la mesure où j’ai pu marquer 2 buts et délivrer 3 passes décisives en 4 matchs.
On ne parlait pas de vous dans la presse, mais Kermali, Allah Yerahmou, disait que cette CAN est aussi celle d’Oudjani, il vous le disait en privé ?
Il ne me le disait pas, mais il me le faisait ressentir car il me renouvelait à chaque fois sa confiance. Cette année-là, on avait un grand entraineur, bien entouré par un staff compétent composé de Ali Fergani, Noureddine Saadi et Abdelouahab, Allah Yerahmou.  Je dirais que le sacre de 1990 était celui d’une équipe et non pas d’individualités.
Et si on revenait un peu sur ce but magnifique qui offre à l’Algérie son premier sacre africain ?
Je me rappelle bien que ça partait de derrière, Serrar relance et trouve Moussa Saib, qui effectue un joli contrôle orienté, pour me servir, et la suite c’est un tir des 25 m, qui est allé mourir dans les filets du gardien nigérian. C’est donc ainsi qu’on a pu inscrire le nom de l’Algérie dans les annales du football africain. On s’est offert ce titre symbolique d’être les premiers à avoir décroché une Coupe d’Afrique dans l’histoire de l’Algérie.
A l’époque, cette CAN avait fait beaucoup de bien aux Algériens, vous vous rappelez encore du contexte social dans laquelle s’est jouée cette Coupa d’Afrique ?
Et comment l’oublier ? C’était une CAN jouée dans un contexte particulier. Il y avait des problèmes dans notre pays. Même au niveau social, ce n’était pas facile pour tout le monde à l’époque, donc on a aussi donné de la joie à notre public. Ça a permis, en d’autres termes, d’oublier un peu les problèmes sociaux pendant un bon bout de temps, c’est-à-dire avant les événements malheureux qui avaient secoué le pays à l’époque.
Il y a eu aussi un événement malheureux durant cette CAN avec la blessure de Rachid Adghigh…
Effectivement, on était tous malheureux pour lui. C’est le jeune Messaoud Ait Abderrahmane qui l’avait remplacé. Au début, on avait eu peur, il était tout jeune, mais il s’est avéré un très bon défenseur central
Avec Serrar, Benhalima, Megharia, aussi
Oui, Hakim, Adjas, le gardien Osmani, c’était l’époque de la grande équipe sétifienne. L’ESS était le vainqueur de la Champions League, cette année-là, et l’apport de ces joueurs était fort important. Il y avait donc déjà une bonne ossature en place et avec l’apport des Madjer, Menad, Amani, moi-même et El Ouezzani, qui s’est révélé, on formait un groupe très soudé et homogène, tout était réuni pour gagner. 
Il y a eu des moments difficiles comme la demi-finale contre le Sénégal…
Ah oui, on a eu très peur sur ce match là, mais bon, finalement ça s’est bien déroulé. J’avais raté une occasion en or, mais si vous regardez bien le match, j’ai été décisif dans les deux buts qu’on avait marqués. C’est moi qui aie donné la passe du but pour Menad sur le premier but et c’est moi aussi qui aie délivré le centre qui ramène le second but, celui de la victoire inscrit par Amani. J’étais très content et Cheikh Kermali l’était aussi. Il m’a félicité et m’a dit : « Cherif tu as été décisif contre le Sénégal ! ». Allah Yerahmou. Mais bon, à notre époque, on regardait celui qui faisait le dribble, le petit pont, mais s’il n’y avait pas mon appel de balle côté droit et mon centre, Amani n’aurait pas marqué. Maintenant, je ne revendique pas d’avoir été le plus brillant, mais je peux dire que j’ai été décisif au moins en marquant deux buts et en faisant trois passes décisives en quatre matchs.
Le peuple se souvient, on ne va pas dire qu’on n’a pas été reconnaissant…
(Il nous coupe.) Ah, vous pouvez le dire, la chose qui m’a le plus déçu, c’est juste après la CAN on m’a appelé une fois pour un match contre le Sénégal, mais après plus de nouvelles. Mais bon, ça fait partie du football. J’étais encore professionnel en France, mais personne ne m’a rappelé alors que j’avais fait le travail à la CAN 90. J’avais été très déçu du manque de reconnaissance, j’estimais que je méritais une place à cette époque-là car j’ai été décisif avec mon club. C’est la seule déception. Finalement, la récompense est que, 30 ans après, les gens se rappellent encore mon but.
Vous avez travaillé à Lille, à Southampton en Angleterre, et récemment deux ans à Nantes comme prospecteur et recruteur, n’êtes-vous pas intéressé de rendre service à l’Algérie ?
Ecoutez, j’ai donné pour mon pays et je serai honoré de le faire encore, mais bon, tout est possible, je reste à l’écoute.

Entretien réalisé par Moumen Ait Kaci Ali

Publié dans : Cherif Oudjani

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Pensez-vous que Messi va quitter le Barça cet été ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4763 21/05/2020

Archive

Année
  • 2020
  • 2019
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir