Interview

Medjani : «Avec Belmadi, l’Algérie a retrouvé ses valeurs, elle peut créer la surprise en Coupe d’Afrique »

« Qu’est ce qui a changé ? L’état d’esprit, on voit une équipe qui a envie de se battre l’un pour l’autre »

Auteur : Moumen Ait Kaci Ali mardi 14 mai 2019 16:44

Depuis qu’il a pris sa retraite internationale, Carl Medjani ne s’est jamais exprimé au sujet de l’EN. Dans un entretien accordé au Buteur, l’ancien joueur de Liverpool et de Monaco a bien voulu revenir sur les chances des Verts dans cette prochaine CAN et nous livrer son avis sur ce qui a pu changer dans cette équipe depuis l’arrivée de Belmadi.

Depuis que vous êtes arrivé en Arabie Saoudite, les choses vont bien sur le plan personnel mais la situation n’a pas changé pour Ouhod...
Je suis arrivé un peu en milieu de saison et l’équipe était déjà dernière au classement avec 6 points seulement. Après, c’est vrai que je suis venu beaucoup plus pour me montrer dans un championnat réputé du Golfe et bien entendu tenter de remonter l’équipe. Malheureusement, on ne s’en n’est pas sortis. Collectivement, je suis un peu déçu mais satisfait de ce que j’ai pu réussir sur le plan personnel.

Le championnat saoudien accueille beaucoup d’Algériens, c’est quand même un bon championnat, non ?
C’est un bon championnat qui attire beaucoup de très bons joueurs parce qu’il y a de gros moyens, donc financièrement parlant, ça attire aussi du monde et puis la Fédération saoudienne met tous les moyens pour construire quelque chose de bien, ce n’est pas encore l’Europe mais ils progressent.

Êtes-vous en contact avec vos compatriotes Asselah, Doukha, Benlamri et Mbolhi ?
Oui, c’est toujours un plaisir de les revoir et de les rencontrer sur le terrain, et puis ça fait plaisir d’échanger avec eux lorsqu’on se croise sur le terrain. Cette année, j’ai eu de la chance parce que j’ai marqué 3 buts depuis que je suis ici et toujours face à des Algériens. J’en ai planté deux à Malik Asselah et un à Raïs Mbolhi.

Vous n’avez pas marqué à Azzedine Doukha, rassurez-nous, il se porte bien, parce qu’avec la blessure de Raïs, il pourrait bien garder les bois de l’EN lors de la prochaine CAN...
Oui, bien sûr ! Nous avons la chance d’avoir de très bons gardiens d’expérience. Concernant Raïs Mbolhi, je pense qu’il a toujours répondu présent dans les grandes compétitions, donc aujourd’hui je ne suis pas inquiet pour ces choses-là.

Cela fait longtemps que vous n’êtes plus en sélection. Parlez-nous un peu de ce qui a changé en Equipe nationale, car on sait que vous suivez toujours vos amis ?
C’est vrai que je ne m’exprime pas trop au sujet de la sélection car je pars du principe que la page est tournée et qu’il faut laisser les choses se faire sans trop porter de jugement sur l’équipe à chacune de ses sorties. Les jugements, on les fera après la fin d’un cycle. Il y a une CAN à jouer, des éliminatoires CM 2022 à préparer. Il faut laisser du temps à cette équipe. J’ai été en sélection et je sais ce que parfois, les propos de certains anciens joueurs qui ont porté ce maillot peuvent perturber un groupe. Ce n’est pas toujours facile à digérer. Après, la chose qui a changé aujourd’hui en sélection, c’est l’état d’esprit.   

Selon vous, qu’est-ce que Belmadi a pu changer dans cette équipe ?
Dans tous les matchs que j’ai pu regarder de l’Équipe nationale, on a pu voir une formation qui avait envie de se battre les uns pour les autres et une grande hargne sur le terrain. Il y a une rage de vaincre et je pense que c’est ce que Belmadi a voulu inculquer à son groupe et c’est sur ces bases-là qu’on peut bâtir. Franchement, je suis content de voir l’Équipe nationale évoluer ainsi car c’est quelque chose qui avait disparu ces dernières années.

La défense algérienne et composée dans l’axe de Benlamri et Tahrat. En tant qu’ancien, croyez-vous que ces deux joueurs peuvent tenir la baraque ?
J’ai envie de leur dire d’abord que s’ils sont en Equipe nationale, c’est qu’ils méritent bien d’être là. Ils ont une chance à saisir et un statut à assumer car ils sont titulaires en sélection. C’est mon conseil pour eux. Après, ce qui fait la différence, c’est la personnalité et le rendement sur le terrain. Je veux dire que si on veut réussir dans le haut niveau et perdurer en sélection, il va falloir répéter les performances match après match.  

Atal aussi est considéré comme la révélation en France. Que pensez-vous de ce joueur ?
C’est un joueur qui peut nous faire beaucoup de bien mais il ne faut pas faire une fixation sur lui. Il ne faut pas oublier que c’est sa première saison pleine dans le haut niveau. Ça va être aussi sa première CAN dans la peau d’un joueur de l’Équipe nationale et il est très jeune. Après bien sûr ce qu’il est une grande fierté pour nous les Algériens. Ça fait plaisir d’entendre les éloges tomber sur lui. Ce qu’il a fait est très bien mais le plus dur sera de confirmer parce qu’il sera très attendu que ce soit en France ou en CAN. Je pense qu’il a le talent pour devenir un grand joueur.

On croit savoir que vous avez dit que l’Algérie est favorite pour la CAN...
Non, pas du tout je n’ai pas dit cela. Je garde toujours mes déclarations faites à un journal saoudien. J’ai tout simplement répondu qu’on est partis sur un nouveau projet avec un nouveau coach qui est là depuis presque 8 mois. Alors ça serait prématuré de parler de l’Algérie comme favorite pour remporter la CAN. Je dirai que nous avons une bonne équipe qui a retrouvé ses valeurs et sa solidité. Elle peut donc créer une surprise et du danger dans cette CAN. Simplement en Coupe d’Afrique, il y a toujours 7 ou 8 équipes qui peuvent prétendre au sacre final. Moi, je n’ai jamais dit que l’Algérie va gagner la CAN mais elle peut faire beaucoup de choses et je leur souhaite de tout cœur la meilleure performance possible en Égypte.

Avec Feghouli qui revient fort, Brahimi, Belfodil, et Mahrez champion d’Angleterre, on peut espérer, non ?
Oui, l’espoir est permis, mais le problème, c’est lorsqu’on donne trop d’espoir au peuple quand il n’y a pas de résultats, il y a trop de déceptions et beaucoup de choses qui sont remises en question.

Belmadi affirme qu’il a envie d’aller la gagner...
Je suis d’accord avec Belmadi lorsqu’il dit qu’on ira à la CAN pour essayer de la gagner. C’est normal, c’est le discours d’un compétiteur de haut niveau mais il ne faut pas le prendre comme une promesse. Lorsqu’on aborde un tournoi, c’est toujours avec l’esprit de le gagner. Comme je l’ai dit, nous avons une équipe composée de grands joueurs mais comme je crois avoir lu de Djamel Belmadi dans la presse : «De grands joueurs ne font pas une grande équipe.» Qui ne veut pas voir l’Algérie sur le plus haute marge du podium ? Simplement, il y a des ingrédients à mettre en place. Il faut se dire qu’il n’y a pas longtemps, l’EN était décriée de partout alors pour rebâtir, il faut du temps et j’espère que la sélection ira très loin.

Mahrez de nouveau champion d’Angleterre, c’est historique pour un Algérien. Votre réaction ?
Ce que fait Riyad est magnifique. En toute modestie, j’ai connu le haut niveau mais là Mahrez évolue au plus haut niveau. Ce qu’il est en train de faire ,aucun Algérien n’a réussi à le faire en Angleterre donc aujourd’hui, c’est lui le moteur et le leader technique de lEéquipe nationale, je suis très content pour lui. On n’est pas surpris de ce qu’il fait parce que cela fait quelques années qu’il nous enchante sur les terrains anglais. Après, il y aura toujours des gens qui vous diront qu’il n’est pas titulaire indiscutable à Manchester City mais beaucoup de joueurs à sa place auraient mis plus de temps pour s’adapter. Pour sa première saison, Riyad a joué je crois plus de 40 matchs, ce qui fait une belle moisson.

Revenons à vous, de quoi sera fait votre avenir ?
J’espère qu’il sera heureux inch’Allah pour moi et pour ma famille. Je vais avoir 34 ans dans quelques jours et j’ai toujours la forme. Je termine mes matchs tranquillement. Cette année, j’ai joué plus de 30 matchs. Donc, je crois que j’aurai de bons projets pour moi dans les années qui viennent. Après, je vais peut-être retourner en Turquie, en France ou rester ici dans un pays du Golfe.

Certains seront peut-être étonnés d’apprendre que vous avez envie de rester au Golfe. Vous vous habituez bien ?
Oui, bien sûr ! Je suis un gars du sud, j’aime la chaleur et j’aime me retrouver avec mes frères musulmans autour de moi et jouer dans un championnat saoudien qui est loin d’être faible. À 34 ans, j’espère que ce n’est pas fini. Tant que j’aurai la santé, je continuerai à jouer et même si je ne suis plus un joueur de l’Équipe nationale, je ferai tout pour bien honorer les couleurs de mon pays et hisser haut le drapeau.

Un dernier mot au peuple algérien en ce mois sacré de Ramadan ?
Je souhaite Ramadhan moubarak à tous les Algériens. Je souhaite beaucoup de courage à mes compatriotes par rapport à la situation qui prévaut dans notre pays et j’espère qu’on dépassera tout cela bientôt et pour le bien de l’Algérie inch’Allah. Plein de bonnes choses à tout le monde et une bonne CAN à mes camarades en sélection, au staff et à la FAF. Saha Ramdankoum !
 

Publié dans : Carl Medjani. djamel belmadi

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

CAN 2019 : Votre pronostic pour la grande finale de vendredi entre l'Algérie et le Sénégal ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4510 22/07/2019

Archive

Année
  • 2019
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir