Interview

Belmadi : «Aouar ? Je le suis depuis des mois, bien sûr qu’on discutera avec lui»

«Voilà pourquoi on a choisi la Tunisie, pour le dernier match du mois de mars» «Au Maroc ou ailleurs, on ira à la CAN en conquérants et avec beaucoup d’humilité»

Auteur : Moumen Ait Kaci Ali samedi 01 décembre 2018 11:51

Dans un long entretien accordé au Buteur, le sélectionneur national Djamel Belmadi se confie en exclusivité sur plusieurs sujets d’actualité qui touchent la sélection nationale et son avenir immédiat avec notamment une Coupe d’Afrique des nations à préparer.  Dans cette première partie de l’interview, l’homme qui a réussi à redonner le sourire aux Algériens après l’éclatante qualification ramenée de Lomé, il y a quelques jours, évoque aussi le choix de la Tunisie, et parle pour la première fois de la jeune pépite franco-algérienne, Houssem Aouar. Entretien !

Djamel, si on revenait à tête reposée sur cette belle victoire ramenée du Togo, quels enseignements en tirez-vous ?

Ce match revêtait une importance considérable, dans le sens où une victoire était synonyme de qualification, un match nul n’aurait pas été un mauvais résultat et une défaite nous mettait dans une situation inconfortable même si on préservait encore notre destin entre nos mains. Et puis, il y a eu cette donne du fait que cela faisait qu’on n’avait pas gagné en Afrique et cela me dérangeait beaucoup.  Pour être honnête je n’avais pas cette statistique, à mon arrivée je ne savais pas trop que cela faisait presque 3 ans qu’on ne gagnait plus là-bas.

C’était quoi le discours de vestiaire tenu aux joueurs ?

Avec tout ce que je viens de dire réunis, on s’est dit que d’abord pour bien progresser et avancer dans notre projet, il fallait faire une grosse performance au Togo et gagner carrément et c’est ce que j’avais dit en conférence de presse avant notre départ pour Lomé.  On devait se débarrasser de ce complexe et, pour réussir, on s’est dit qu’on devait mettre en application certains éléments qui nous ont permis de revenir avec le résultat connu.

«On ne vient pas en sélection à reculons, Ziani n’a pas demandé un temps de réflexion pour accepter»

Selon nos informations, la performance de Mahrez, auteur d’un doublé dans ce match n’est pas venue comme ça, on a appris que vous avez passé au moins deux heures à le préparer…

Effectivement ! Mais avant de répondre à cette question je rappelle qu’avant ce dernier match joué au Togo, Riyad était sur le banc de touche contre le Bénin. Bien sûr, pour un joueur de sa dimension ou de sa trempe, c’était quand même une déception, voire une frustration. C’est normal car c’est un joueur d’exception, c’est un grand champion. On l’érige comme la star de l’Equipe nationale, et lui, de sa part, il prend ce rôle à cœur, donc il fallait bien lui expliquer les choses et discuter avec lui.

Comment il a pris les choses ?

Riyad est un grand amoureux du football, c’est quelqu’un qui aime beaucoup son métier. C’est un grand passionné, il m’a même confié l’envie de préparer son avenir comme entraineur, c’est pour vous dire qu’il a l’envie de rester dans ce monde du football qu’il aime tant. Cela veut dire beaucoup de choses pour moi. Franchement, c’était agréable de discuter avec lui. J’ai essayé de lui enlever une certaine pression négative, le mettre dans un contexte qui me permet de tirer le maximum de son talent, et en même temps lui faire comprendre qu’il ne pouvait pas débuter tous les matchs avec cette étiquette lourde à porter du sauveur. Autrement dit, je ne commence pas un projet d’une telle envergure en me reposant sur une seule personne. Je lui ai bien expliqué cela, tout en lui réitérant ma grande confiance en lui. Il a fallu qu’il se rende compte de certaines choses et surtout de l’importance que lui-même représente pour notre Equipe nationale.

«Feghouli a toujours donné le maximum pour le pays, il faut être aveugle pour ne pas le constater»

Feghouli aussi était un joueur banni, et là vous relancez aussi un élément qu’on donnait fini pour la sélection…

Je voudrais aussi revenir à certains spécialistes entre guillemets qui balancent des critiques que je qualifie de négatives sans se rendre compte des répercussions qui peuvent en découler, et sur l’avenir du joueur et sur la sélection nationale. Je dirais que c’est irresponsable de proférer des critiques comme ça ou bien c’est de la mauvaise foi, et là c’est encore plus grave. Je ne comprends pas, il n’y a pas une autre manière de faire ? On n’est pas capables de trouver d’autres discours que de critiquer, mettre une croix ou tirer à boulets rouges sur Belaïli, Taïder, Bentaleb, Feghouli ou je ne sais qui d’autre ? Il n’y a pas d’autre façon de faire que de montrer que ces joueurs sont mal aimés dans leur pays ? Franchement, ça me fait mal.

Sofiane vous donne raison, et du coup vous devriez être satisfait de son rendement…

(Il s’arrête.) Il faut être aveugle pour ne pas voir ce qu’apporte Feghouli dans notre groupe. Il montre beaucoup d’envie, il a toujours donné le maximum en équipe nationale. Il a toujours honoré les couleurs du pays, qu’est-ce qu’il nous faut de plus, mon Dieu ?! Je dirais que certains sont capables de briser des carrières internationales de joueurs juste par leur pression quotidienne pour des fins populistes.

«J’ai choisi l’Algérie alors que je venais de signer à l’OM en pleine décennie noire» 

C’est officiel, la CAN 2019 ne se jouera pas au Cameroun, elle devrait avoir lieu au Maroc ou peut-être bien en Afrique du Sud, cela vous réconforte sachant que vous visez le sacre ?

Alors, vous me permettez de préciser une chose très importante car parfois on m’attribue des paroles et je ne veux pas laisser passer cela car avec le temps les gens vont finir par le croire. Alors, on m’a demandé si la CAN était une étape pour moi afin de préparer l’avenir, j’ai répondu que pour moi il n’y a pas d’étapes. J’ai dit aussi qu’on ira pour gagner, cela ne signifie pas que c’est une promesse d’aller remporter le sacre. Je n’ai pas dit cela pour me faire passer pour un arrogant, loin de là, j’ai juste parlé, avec mon esprit propre de compétiteur. On ira donc en conquérants et avec beaucoup d’humilité.

«Mahrez était frustré d’être sur le banc face au Bénin, mais il a réagi comme un grand champion»

«Riyad m’a confié son désir de préparer son avenir comme entraîneur»

Vous ne croyez pas que vous avez peut-être besoin de temps et que votre ambition est démesurée ?

 C’est vrai, beaucoup d’entraîneurs peuvent se cacher derrière le facteur temps, en affirmant par exemple que l’équipe est en pleine reconstruction, et qu’il va falloir m’accorder 3 ou 4 ans pour monter une équipe, mais je ne suis pas comme ça. Mon discours aux joueurs est clair : « On n’ira pas participer pour participer, on ira pour gagner ! »

Oui mais certains disent qu’avec ce discours vous mettez la pression sur les joueurs…

 Je dirais que c’est une compréhension très limitée car moi je préfère transmettre un message positif aux joueurs, leur tenir un discours qui leur donne du courage et de la confiance avant la CAN. L’ambition c’est quelque chose d’énorme dans notre métier. Voilà, donc qu’elle soit organisée au Maroc, en Afrique du Sud ou ailleurs, l’ambition est d’aller pour gagner, on ne changera pas d’état d’esprit, on doit rester solides.

«Voilà pourquoi on a choisi la Tunisie, pour le dernier match du mois de mars»

Au mois de mars, il y aura la Gambie et la Tunisie, pourquoi une équipe bien placée au classement FIFA ?

Franchement, si j’avais l’opportunité de jouer une équipe mieux classée, je l’aurais fait car je pars du principe que c’est dans l’adversité qu’on apprend le mieux. C’est ce que je faisais avec le Qatar. Avant mon arrivée, cette équipe jouait contre Taïwan, le Bangladesh et l’Inde, mais dès que je suis arrivé j’ai programmé un stage en Italie, on a joué contre l’équipe macédonienne renforcée par des joueurs qui évoluent en Serie A, avec notamment Pandev qui jouait à la Lazio. Après j’ai joué le Maroc, l’Algérie et on a enchainé l’Australie. C’est dire que j’aime jouer contre une équipe forte pour me mesurer.

«Aouar ? Je le suis depuis des mois, bien sûr qu’on discutera avec lui»

«Si Houssem ne se sent pas concerné, on passera à autre chose» 

On parle de Aouar comme renfort, et d’autres pépites qui frappent à la porte, êtes-vous dans cette optique en prévision de la CAN ?

Oui, il y a des joueurs que je suis, après il faudra savoir s’ils ont le désir de jouer pour l’Equipe nationale car parfois on fait des campagnes sur les journaux (rires) sur certains joueurs qui n’ont aucune relation avec le pays, je citerai comme exemple le défenseur du Spartak, Gigot. Il était le premier surpris d’apprendre cela dans la presse.  On n’est pas là pour se rabaisser et aller supplier un joueur qui ne veut pas porter le maillot national et venir jouer pour son pays. Je veux dire qu’on fera tout pour ramener les meilleurs, à condition qu’ils montrent leur dévouement pour l’Algérie

On comprend que vous avez des critères…

 C’est clair, celui qui veut ou qui peut nous retrouver pour donner le meilleur de lui-même, il est le bienvenu. Je n’irai pas voir des joueurs qui demandent à réfléchir, non je ne suis pas d’accord, on ne réfléchit pas pour le pays. Karim Ziani, lorsqu’il est venu il n’a pas demandé à réfléchir, alors que sa maman est française. A 20 ans, j’avais signé à l’Olympique de Marseille et lorsqu’on m’a fait appel j’ai répondu, je n’ai pas demandé un temps de réflexion, alors qu’on était en 1998 en pleine décennie noire. Donc voilà, personne ne doit venir en sélection à reculons. En d’autres termes, je n’ai à convaincre personne de jouer pour son pays d’origine.

Restons sur Aouar, vous le suivez déjà en prévision d’une probable convocation ?

 Aouar ? Ça fait un moment que je le suis de manière directe ou indirecte. Bien sûr qu’on le suit depuis 3 mois, maintenant bien sûr qu’on va s’asseoir, on va discuter et expliquer les choses. Après on va voir le discours qu’on aura en face. Maintenant, si on sent qu’il a l’envie de jouer pour son pays d’origine on avancera d’un pas, mais s’il ne se sent pas concerné, on passera à autre chose. Bien sûr, on souhaite qu’un joueur comme Houssem, qui est une valeur ajoutée, soit avec nous.

Entretien réalisé par Moumen Ait Kaci Ali

Publié dans : Belmadi

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Classé 6ème, Mohamed Salah aurait-il mérité d'être dans le top 5 du Ballon D'or 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4296 16/12/2018

Archive

Année
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir