Interview

Oudjani : « Avant l’arrivée de Belmadi, l’Algérie ne jouait pas comme une équipe, c’était des noms sur le terrain »

« Tout comme Kermali, Vahid et Khalef, Belmadi fait partie de la légende du football algérien »

Auteur : Moumen Ait Kaci Ali jeudi 25 juillet 2019 19:01

Buteur historique de la première consécration de l’Algérie en Coupe d’Afrique des nations contre le Nigeria en 1990 au stade du 5-Juillet à Alger, Cherif Oudjani, l’ancien attaquant du RC Lens et du FC Sochaux, nous parle avec beaucoup d’émotions de cette épopée des Verts qui a marqué l’histoire du football algérien. Dans cet entretien exclusif, il évoque aussi le sacre de l’Equipe nationale en terre égyptienne qu’il qualifie d’exceptionnel. Désigné à la tête de la cellule de recrutement du FC Nantes, Cherif ne tarit aussi pas d’éloges sur les qualités de buteur de Baghdad Bounedjah et sur le rôle important de Djamel Belmadi dans ce sacre, ramené de l’extérieur. 

Tout d’abord, on voudrait avoir votre avis sur la consécration de l’Algérie, si vous avez bien entendu suivi son parcours en Coupe d’Afrique ?

 Bien sûr que j’ai suivi le parcours de l ’Algérie . D’abord en tant que supporteur de l’Equipe nationale et parce que c’est aussi mon rôle de suivre la CAN en ma qualité de recruteur du FC Nantes. Sur l’ensemble du tournoi, le titre est mérité même si en finale ç’a été plus difficile. Ce qui est tout à fait normal, il ne faut pas oublier que plusieurs facteurs entrent dans une finale, il y a la fatigue, la pression de préserver le résultat acquis en début de match et surtout cette émotion de remporter cette CAN au bout. Maintenant, ce n’est pas du tout volé, c’est la meilleure équipe du tournoi qui a été récompensée.

On évoque beaucoup de ressemblances entre cette CAN remportée en Egypte et premier titre gagné à Alger, qu’en pensez-vous ?

Exactement, il y a plusieurs similitudes, d’abord on se rappelle tous qu’on avait battu le Nigeria en phase de poules avant de retrouver encore cette équipe en finale et remporter la première Coupe d’Afrique de l’histoire de l’Algérie. C’est le cas cette année, après avoir battu le Sénégal au premier tout on a réussi à faire de même en finale. Ensuite, il y a mon but marqué en début de match et celui de Bounedjah qui marque dès l’entame et qui nous donne le droit d’accrocher cette deuxième étoile.

Vous avez aussi vécu le même sort réservé à Bounedjah, plusieurs buts manqués mais en finale vous vous distinguez en marquant le but le plus important…

Voilà, c’est bien cela, je me rappelle encore de mes ratages en demi-finale contre le Sénégal. Plusieurs personnes exigeaient des changements, comme c’est le cas de Bounedjah après avoir raté un pénalty et des buts face aux bois. Après, il faut saluer le courage des deux entraineurs de chaque époque. Que ce soit le regretté Kermali ou l’actuel sélectionneur Djamel Belmadi. Ils n’ont pas cédé à la pression de certains agitateurs, ils nous ont fait confiance en se montrant reconnaissants au travail d’équipe qu’on faisait et je pense que tout comme Bounedjah je n’ai pas déçu en finale, en marquant le but de la victoire.

Effectivement surtout que sur l’ensemble du tournoi, Baghdad a mis 2 buts et délivré 3 passes décisives…

Voilà, c’est mon bilan aussi durant ce tournoi, ce qui n’est pas du tout mauvais pour un attaquant, appelé à se sacrifier au service de l’équipe. Sur les 4 matchs que j’ai joués, j’ai marqué 2 buts et délivré 3 passes décisives, donc voilà c’est une autre ressemblance. Après, Bounedjah est récompensé par son travail pour l’équipe tout en étant décisif.

 Votre but en finale contre le Nigeria restera mémorable dans les annales du football algérien, pouvez-vous revenir sur cet exploit de 1990 ?

Comment oublier ce but ? Franchement, c’est un souvenir incroyable. De temps en temps, je regarde ce but à travers les réseaux sociaux, non c’est magnifique surtout que ce but offre à l’Algérie son premier titre majeur. Maintenant, on a décroché un second en Egypte et on espère qu’on va encore enchainer par un troisième assez rapidement et ne pas attendre encore 29 ans pour l’avoir. Il faut enchainer sur un cycle de bons résultats et ne pas s’arrêter là.

On est bien partis pour avec pas mal de jeunes talents à l’image d’Ounas, Bennacer, Atal et les autres...

C’est exactement ça. Je l’ai toujours dit, l’Algérie possède un pot e n t i e l é n o r m e , seulement il n’y a pas eu souvent un esprit d’équipe. Je crois que c’est là que Belmadi a réussi à monter une équipe de gagneurs. Il y a des signes qui ne trompent pas, quand vous voyez l’explosion de joie du banc de touche algérien quand il y a un but de l’Equipe nationale, vous comprenez qu’un grand travail a été réalisé par l’entraineur Belmadi et son staff. C’est une famille avec un état d’esprit magnifique où tout le monde est content de vivre l’aventure avec l’équipe. Maintenant, le plus difficile, c’est de confirmer. Pour moi, le nouveau challenge, c’est d’enchainer par d’autres exploits.

Et si on restait sur vous, vous avez été sévèrement critiqué, comment avez-vous vécu cette période-là avant la finale de 1990 ?

 J’ai été critiqué par rapport aux deux ou trois occasions manquées en demi-finale contre le Sénégal, mais je suis resté très fort mentalement pour aller marquer ce but de la victoire contre le Nigeria en finale. D’ailleurs, Bounedjah moralement a montré qu’il était très fort. Je crois que l’entraineur Kermali a été pour beaucoup dans ma réussite en sélection, il me faisait confiance et moi je lui ai rendu la pareille sur le terrain. Malgré les critiques, il n’a pas cédé et Belmadi a fait de même avec Bounedjah. C’est aussi l’un des détails importants maitrisés par Belmadi. Baghdad a raté un pénalty et des occasions nettes de scorer mais il s’est rattrapé de fort belle manière. Il est aussi dans l’histoire du football algérien.

Brahimi est un grand joueur, et Slimani meilleur buteur de la sélection acceptent normalement le banc, quelle est votre réaction à ce propos ?

Les deux joueurs que vous avez cités sont des titulaires habituels, mais une sélection ou une équipe est faite de mouvements. Je veux dire que souvent la hiérarchie change et là je crois qu’il faut mettre en avant le travail effectué par l’entraineur Belmadi et ses assistants. Franchement, Brahimi et Slimani ont été exemplaires, il n’y a qu’à voir leur joie lorsque l’Algérie marquait un but. Ils ont compris que les choix de Belmadi lui ont donné raison. Regardez aussi Ounas qui est un très grand joueur, mais Belaili sort une grosse CAN. Mahrez, c’est vraiment son meilleur tournoi depuis qu’il a choisi de jouer pour l’Algérie. C’est le futur Ballon d’Or africain, au milieu de terrain Bennacer élu meilleur joueur du tournoi, donc vous voyez ce que j’ai envie de dire. A un moment donné, il faut comprendre qu’on ne peut pas jouer à 15. Ce qu’il faut préserver c’est cet état d’esprit retrouvé car l’Algérie a toujours eu des joueurs de talent, mais elle ne jouait pas comme une équipe.

D’aucuns s’accordent à dire qu’on n’a pas vu jouer cette équipe algérienne depuis l’ère Halilhodzic, est-ce vrai ?

C’est vrai, avec Vahid l’Algérie a réalisé des résultats énormes avec une qualification historique en huitièmes de finale de Coupe du monde. Il a apporté beaucoup en redonnant du lustre au football algérien. Belmadi a su en très peu de temps donner un bel esprit d’équipe. Ils sont tous deux dans l’histoire du football algérien au même titre que Kermali, et Khalef, par exemple.

Aujourd’hui on a une équipe composée de joueurs locaux et de binationaux, quel est votre avis ?

Il y a des gens qui continuent à alimenter ce faux débat, il faut arrêter, on est tous des Algériens à part entière, il n’y a pas d’Algériens de première ou de seconde classe. La preuve est là, avant on était deux ou trois binationaux sur le terrain, maintenant on est plusieurs. Benlamri, Atal, Slimani, Belaili et Bounedjah mixés avec Mahrez, Guedioura, Bennacer, Mbolhi et Feghouli donnent une grande équipe algérienne capable de marquer l’histoire. Quand un joueur fait la démarche de jouer pour l’Algérie, il est en droit de postuler pour une place en sélection au grand bonheur des supporteurs algériens à travers le monde entier.

Grand buteur, fils d’un grand buteur et ancienne gloire de l’Equipe FLN, cela vous fait quoi ?

Oui, même si j’ai pu écrire l’une des plus belles pages de notre histoire mais je ne peux égaler mon défunt papa. Peu de gens le savent, mais mon regretté père était l’unique buteur algérien de la Division 1 française. Merci de m’avoir offert cette opportunité de parler de lui.

Un dernier mot aux supporteurs algériens et aux gens de Sidi Aich de Béjaïa dont vous êtes originaire ?

Oui, le berceau de la famille est de Béjaïa et j’ai aussi de la famille à Skikda. Après, c’est vrai qu’il y a des faux débats de régionalisme en Algérie mais bon moi je suis très fier d’appartenir à ce peuple algérien en toutes ses régions et ses appartenances. J’espère qu’on vivra d’autres moments de joie et que tous ces fans qui ont fait le déplacement continuent à encourager les Verts. Les Algériens sont partout et adorent leur équipe et j’espère que la sélection va encore leur procurer plus de plaisir.

Entretien réalisé par Moumen Ait Kaci Ali

Publié dans : Belmadi Cherif Oudjani

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Qui sera désigné meilleur joueur africain cette année ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4632 14/12/2019

Archive

Année
  • 2019
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir